Les santons de Magali Mille-Montagard

Publié le 29 Septembre 2018

Cher(e)s ami(e)s,
 
Je souhaite vous parler de  Magali Mille-Montagard, qui réside à Saumane de Vaucluse.
Elle habite dans un vieux mas provençal appelé la Crémade (lieu brûlé).
Les santons de Magali Mille-Montagard
Magali est la fille de Joseph Montagard qui était déjà santonnier à la Crémade depuis 1929.
Les santons sont réalisés selon la tradition, en terre crue. Cette dernière  rappelle  qu'à l'origine les santonniers ne disposaient pas de four pour faire cuire leurs sujets. Tout comme son père, Magali, qui a commencé à faire des santons dès l'âge de 8 ans a perpétué la technique du santon cru.
Quand on lui demande si  ses réalisations ont la même durée de vie dans le temps, la santonnière  rappelle qu'elle a des santons qui datent du grand oncle de son père et ils sont en argile crue.  
En fait, quelques santonniers comme Colette Barles entre autres mais pas exclusivement, continuent de produire des santons sans cuisson, et en effet, ils sont malgré tout solides et sans déformation dans le temps sous réserve que le séchage soit de bonne qualité au départ. Ils doivent toutefois être maintenus en milieu sec et ne pas être exposés avec de la mousse fraîche.
Les santons de Magali Mille-Montagard
Les santons de Magali Mille-Montagard
Son père était tambourinaire et organisait de grandes fêtes à la Crémade.
Sur les photos ci-dessous, le tambourin de son père et des photos prises à l'occasion des festivités qui se déroulaient en ce lieu.
Les santons de Magali Mille-Montagard
Les santons de Magali Mille-Montagard
Une fois sortis de leur moule, les santons sont séchés au soleil, ils mesurent 8 cm.
Le premier sujet est modelé à la main puis un moule est réalisé à partir de ce sujet pour le démultiplier.
 
Les santons de Magali Mille-Montagard
Les santons de Magali Mille-Montagard
A l'instar de quelques rares santonniers, Magali Montagard fait tout du début à la fin, comme son père, elle exploite l'argile qui se trouve sur sa propriété, la lave et la travaille pour la rendre plastique. Tout comme R. Canut dont je vous ai parlé dans un précédent billet: les santons de Robert Canut, cette santonnière réalise elle-même la peinture avec des pigments naturels.
Les santons de Magali Mille-Montagard
Les santons de Magali Mille-Montagard
Magali a aussi quelques santons de la taille 12 cm.
Toutes ses réalisations quelle que soit leur taille ont un charme fou et il est difficile de choisir parmi toutes les pièces exposées. 
Il est important de préciser que ces santons  sont commercialisés uniquement sur place à la Crémade.
Les santons de Magali Mille-Montagard
Les santons de Magali Mille-Montagard
Les santons de Magali Mille-Montagard
Les santons de Magali Mille-Montagard
Les santons de Magali Mille-Montagard
Les santons de Magali Mille-Montagard
Bien sûr j'ai profité de mon passage pour acheter des santons et notamment l'emblématique santon  réalisé par son père, il s'agit du Diable, que je conserve comme pièce de collection.
Dans la crèche provençale il y a toujours un santon qui représente le mal, en principe selon la pastorale Maurel, c'est le Bohémien et Magali Montagard  précise que son père a créé le Diable pour réhabiliter le Bohémien (démarche tout à fait louable et appréciable).  Pour rappel,  en arrivant devant l'Enfant Jésus, le bohémien va devenir bon et honnête.
Le Diable, au contraire, ne changera jamais.
Magali Montagard signale  que dans beaucoup  de "Noëls",  les bergers  chassent à grands coups de bâton le Diable, du reste   il est également  présent dans de nombreuses pastorales.
Peu de santonniers représentent le Diable.
Les santons de Magali Mille-Montagard
Sous le socle, on aperçoit la signature de la santonnière.

Sous le socle, on aperçoit la signature de la santonnière.

Voici le santonnier, un santon créé par Magali Montagard en hommage à son père.
Les santons de Magali Mille-Montagard
Un  tambourinaire

Un tambourinaire

Un autre tambourinaire.

Un autre tambourinaire.

Le vendeur de corde

Le vendeur de corde

Un autre santon très original : le bossu colporteur qui passait de maison en maison.
Les santons de Magali Mille-Montagard
Pour finir, je vous propose une vidéo réalisée à la Crémade avec l'aimable autorisation du site Provence.tv.fr.
Vous reconnaîtrez Lucas Boregard dont j'ai parlé, ici: les roulottes de Lucas. 
                                                           A bientôt

 

 

Rédigé par Santounette

Publié dans #Les santonniers

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
R
Bonjours contente de voir que la cremade et magali montagard son toujours la malgré que lon m avez dit que cette ferme quand pouvons nous venir pour chercher des santons et visite votre belle crèche
Répondre
S
Pour vous rendre à la Crémade, il vaut mieux aller sur son site : http://www.lacremade-santon.fr/ il y a une partie contact avec son adresse mail.<br /> Bon dimanche
Y
Sur notre marché de Noël je vais essayer de trouver du santon séché. Mais chez elle, même la vente est dans l'authentique, point d'AMAZONE pour la livraison. Il faut connaître quelqu'un sur place et hop, le paquet. Le santon du santonnier qui travaille, une très bonne idée. Et pour le diable en place du bohémien, j'ai bien aimé ta mise au point.<br /> Merci pour toutes ces précisions. Yann
Répondre
S
Merci aussi à vous Yann pour votre passage et pour avoir pris le temps de laisser un commentaire.<br /> Rares sont les santonniers à ne pas utiliser de four et préfère rester fidèle à la tradition, vous aurez du mal à trouver des santons non cuits sur votre marché de Noël.
Y
Voilà vraiment un travail qui montre une version du travail à l'authentique. Bon, il doit y avoir d'autres manières de faire dans le traditionnel, mais là c'est poussé loin. Sur notre marché de Noël je va
Répondre
Q
Je ne savais pas qu'on trouvait un diable aussi pour la crèche.<br /> Merci pour ce magnifique partage.<br /> Bisous et douce journée.
Répondre
C
Coucou chère Santounette, une belle découverte et bravo à Magali pour avoir perpétrer les traditions de son papa. Superbe le tambourin. Merci pour ce magnifique partage et c'est vrai que la tradition des santons en terre crue se fait rare. D'autant plus de mérite..<br /> Belle semaine et bises tout plein<br /> chatou
Répondre
R
merveilleuses toutes ces realisations en terre crue de cette santonnière, un grand bravo pour le diable, le tambourinaire et le colporteur, bonne semaine chère Santounette, amities et bises
Répondre
A
Merci pour ce joli partage ! Je sors de la vidéo qui est un moment très intéressant.<br /> Bravo à cette santonnière !
Répondre
I
Vous avez le don de nous faire decouvrir des merveilles.<br /> merci santounette
Répondre
M
voila un reportage tout en douceur, et simplicité une transmission de tradition qui fait chaud au coeur, dans le reportage de lucas çà explose de bonheur, on a envie de la serrer dans les bras tellement elle est attachante magali merci pour ce très joli billet santounette
Répondre
J
Encore une nouvelle découverte pour moi grâce à toi. J'aime beaucoup ce que tu as présenté. Ce nom de la "crémade" est étonnant mais donne néanmoins l'envie de s'y rendre pour voir ces beaux santons. Hélas, je suis trop loin, donc ton blog me fait voyager.
Répondre
S
Cette santonnière mérite d'être connue et oui pour toutes les personnes qui sont éloignées ce billet peut leur permettre de voir tout de même ses réalisations.<br /> Bonne soirée
K
Ils sont beaux les santons de Magali<br /> Bisous Santounette
Répondre
M
quelle belle vidéo ,bravo de respecter toutes ces traditions je ne suis pas trop loin et bon dimanche<br /> j'irai bien faire un petit tour
Répondre
S
Si vous avez la chance d'être dans son secteur oui il ne faut pas vous priver d'une petite visite. L'hiver il y a une superbe crèche à visiter aussi.<br /> Merci d'avoir pris le temps de laisser un commentaire.<br /> Bonne soirée
T
Une belle émotion avec cette jolie vidéo,on a qu une envie prendre cette dame dans ses bras, et partager avec elle sa passion..merci
Répondre
S
De jolies créations c'est sûr.<br /> La vidéo n'est pas de moi, elle est vraiment bien faite je trouve pour décrire le travail de cette santonnière et son univers.<br /> Merci pour ta fidélité Thérèse.<br /> Bonne soirée
G
Merci pour ce bel article. Encore une superbe découverte.<br /> Respect de la tradition.<br /> Nous avions encore de très vieux santons "crus" et il en reste quelques uns de mon grand-père paternel, qui ont un peu souffert en effet dans la mousse ... des "gueules cassées" en quelque sorte, dont je ne me suis jamais séparée. Même si je ne les mets plus dans la crèche, ils sont là dans le carton, toujours bien emballés, témoins d'un autre temps et souvenirs de mon enfance ..<br /> Très bon dimanche<br /> Giselle
Répondre
S
Merci pour cet émouvant témoignage Giselle.<br /> Je pense que certains santonniers méritent une attention particulière et c'est le cas pour Magali Montagard. <br /> Il faut vraiment aller à sa rencontre si on en a la possibilité.<br /> Moi aussi j'ai quelques "gueules cassées" que je garde précieusement, pour les mêmes raisons.<br /> Bon dimanche
A
Bonjour Santounette, <br /> Voici encore une belle artiste comme tu as le chic de les faire découvrir à tes lecteurs. <br /> Je découvre une technique oubliée et qui doit demander un tour de main sans faille. <br /> Cette santonniere mérite un grand bravo pour également mettre le patrimoine familial en avant. <br /> Tu as raison, elle a un peu de notre célèbre CANUT et les visages me font penser à Véronique DORNIER, le bleu en moins. <br /> Bon dimanche à toi. <br /> André, le fada belge des santouns bleus
Répondre
S
La vidéo permet en effet de découvrir un peu plus son travail.<br /> Oui je pense qu'il faut mettre en avant ces santonniers atypiques qui travaillent dans le respect des traditions.<br /> Ces santons ont beaucoup de charme et sont originaux, le bossu colporteur, j'aime beaucoup par exemple.<br /> Merci pour ton passage André.<br /> Bon dimanche à toi également
T
Salut<br /> Je ne savais pas que ca existait encore les santons crus.<br /> En tous les cas elle fait du bon travail.<br /> Bonne journée
Répondre
D
C'est vraiment quelqu'un qui fait tout à l'ancienne et a gardé les traditions telles quelles !<br /> Un grand bravo à magali car il faut du courage et de la persévérance pour ne pas se laisser tenter par les nouveaux moyens de réalisation plus simples, demandant moins de travail et plus rapides.<br /> Et merci à toi de nous la faire découvrir. ;-)<br /> Bon dimanche, toujours au soleil !<br /> Tant pis pour la fraicheur matinale et soirale ...<br /> Bisoux ensoleillés, ma santounette ♥
Répondre
N
Merci pour cet article qui nous fait découvrir une santonnière de grand talent. Le reportage TV est intéressant.<br /> Bises, bon dimanche.
Répondre
S
Merci d'être passée Nini.<br /> Oui le reportage est intéressant, il permet de compléter utilement l'article car je suppose qu'ils ont du rester un moment pour le faire.<br /> C'est toujours intéressant d'avoir les explications en direct.<br /> Bon dimanche à toi également<br /> Bises
S
Bonjour et merci pour ces renseignements sur cette santonnière, c'est une bonne idée de mettre la signature quand elle est spéciale, on peut ainsi identifier leurs créateurs.<br /> Je suis émerveillée à chacun de vos articles.<br /> Bonne journée<br /> Soizic
Répondre
S
Oui je me suis dit que peut-être des personnes ont des santons Montagard sans le savoir.<br /> Merci d'être passée et d'avoir pris le temps de rédiger un commentaire.<br /> Bon dimanche également
M
Merci Santounette pour ce joli reportage sur cette santonnière atypique qu'est Magali.<br /> Et puis bravo également à Jean-Luc ERNESTINE dit Lucas BOREGARD, Artiste de rue, bateleur, chanteur, conteur, joueur d'orgue de Barbarie et depuis deux-trois ans créchiste et constructeur de charrettes et roulottes miniatures qui ont de plus en plus d'amateurs sur les Salons en Vaucluse. Bravo donc car il pourrait "faire" un bon journaliste.<br /> Les santonniers qui travaillent "à cru" sont assez rares. Je connais Jérôme PETIT qui a repris les Santons d'André FILIPPI et qui a développé la gamme toujours en santons crus.<br /> A bientôt Santounette en espérant te voir bientôt sur l'un ou l'autre de nos Salons.<br /> Bisous. Miche<br /> Il ne faut surtout pas placer ces santons non cuits sur de la mousse humide car vous risqueriez quelques désagréments.
Répondre
S
Je sais bien que Lucas a de multiples talents, il me les a montré leur de mon passage chez lui mais je le connaissais déjà grâce aux réseaux sociaux.<br /> Oui, rares sont les santonniers faisant sécher leurs santons au soleil.<br /> André Filippi perpétue lui aussi cette tradition en effet.<br /> Non cuits les santons sont plus sensibles à l'humidité et il faut faire attention, je connais une personne qui a perdu ainsi pas mal de santons en les positionnant sur de la mousse humide et en rajoutant en plus une rivière avec de l'eau.<br /> Je pense que nous allons nous voir dans peu de temps si tout va bien.<br /> Merci d'être passé Miche.<br /> Gros bisous à vous trois.