LE RETOUR DU MARCHE (3/4)

Publié le 10 Juillet 2007

Aujourd'hui c'était jour de marché au village d'à côté, les santons ont parcouru les chemins de campagne pour aller se ravitailler en produits qu'ils n'ont pas sur place.3.JPGIls étaient partis au lever du jour à la "fraîche", le coeur léger et l'enthousiasme chevillé au coeur sachant qu'au retour, la grande fête à l'aïoli les attendait à la Galinette.
Pour rentrer du marché, oh Bonne Mère, il faut monter la côte et lorsqu'on est chargé et fourbu de fatigue,  sous le soleil écrasant et insolent, mieux vaut se mettre en procession pour éviter de perdre quelqu'un d'une insolation !4.JPG
Voici qu'apparaissent devant vous, les boulangers qui ramènent des fougasses toutes prêtes pour l'aïoli mais également de grands sacs de farine qu'ils sont allés chercher au moulin du meunier pour la fabrication du pain du village.DSC03436.JPG
Cette côte, elle est épuisante pour les hommes et pour les bêtes, les ânes doivent être encouragés dans ce chemin escarpé qui les conduit au village.

04-copie-1.JPG
Un convoi composé de plusieurs ânes bâtés grimpent en direction de la Galinette, le jeune apprenti boulanger  ferme la marche et surveille que tout se passe bien.
A tour de rôle, ils prennent place de part et d'autres des ânes, en fonction des cailloux sur le chemin, mais aussi de l'ombre portée que les bêtes génèrent sur les bas côtés rendant ainsi, le chemin un peu moins difficile.

05-copie-1.JPG

Comme vous pouvez le constater, les ânes sont des ânes gris, c'est la spécificité des ânes de Provence.10-copie-2.JPG

En tête de la procession, Margarido toujours aussi coquette et fière, ouvre la marche assise sur son bourriquet  au côté de son mari qui lui est à pied, comme vous pouvez  également le constater, ils sont assez peu chargés. Vous remarquerez une fois de plus, l'élégance de ces deux personnages qui les distinguent des autres.                                        

07-copie-1.JPGUne vue plongeante permet de voir plus précisément cette longue procession qui remonte en direction du village et de la Galinette notamment.17-copie-4.JPGMargarido montre les premiers signes de fatigue, les "bourgeoises provinciales" sont moins habituées aux longs déplacements sous le soleil. Elle cède peu à peu le pas, aux deux infatigables porteurs de fagots qui, malgrè le poids des ans, ont l'habitude d'arpenter les chemins de garrigue. Derrière eux, le reste des personnages semble heureux d'être ensemble, unis  par-delà les consciences à cette terre de Provence.12-copie-3.JPG

Oh boudiou, quelle   est difficile cette côte.
Dans ce convoi composé d'ânes et d'Hommes, chacun avance à sa cadence dans un ordre plus ou moins différent en fonction de la fatigue ou des discussions entre amis. 
Ils croisent sur leur route, des bergers et des bergères  (à gauche sur la photo) qui surveillent leur bétail.

En tête de cortège, les musiciens remontent également à la Galinette pour la fête de l'aïoli. Ils en profitent pour jouer inlassablement sur le chemin, des airs entraînants qui donnent du baume au coeur au petit peuple des santons. Dans sa belle tunique bleue  et avec son bicorne orné d'une cocarde, le garde champêtre ouvre la marche, il a  des messages à faire passer à la population de la part de Monsieur le Maire (vous le retrouverez dans le prochain billet à ce sujet).Cliquer sur cette phrase pour écouter la musique des santons.13-copie-2.JPG
En attendant, il accompagne de son tambour le joueur de tympanons (double petits tambours), la femme à la vielle  et l'homme à la vielle  dont on ne voit que le chapeau et une partie du visage. 
Le  tambourinaire quant à lui est déjà arrivé au village, il les attend tranquillement.

16-copie-2.JPG Le porteur de fruits est vaillant mais son âne est un peu fatigué, pauvre bête, il est âgé maintenant et l'homme le ménage, il n'a pas de quoi en acheter un second s'il arrivait quelque mauvaise chose à son bourriquet. C'est lui qui ferme le cortège de cette longue marche en direction du village.  
Et durant tout ce parcours qui le sépare de la Galinette, ses pensées vont et viennent   au gré  des assauts répétés des cigales chantantes, et ses narines se remplissent à chaque respiration de cette merveilleuse odeur de thym et de  lavande sauvage qui jalonnent par touffes, le sinueux chemin.

Cette douceur intemporelle qui l'enracine dans le passé de ses ancêtres et lui fait entrevoir l'avenir avec la même immuabilité du temps...
Pour écouter les cigales, cliquez sur cette phrase.Le prochain billet mettra en scène la dernière scenette. Les santons seront enfin arrivés à la Galinette, ils participeront à la fête du grand aïoli...      

                                         A très bientôt

 

Rédigé par Santounette

Publié dans #Petites scénettes ou tranches de vie

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
K
très beau cortège, très coloré !
bisess
Répondre
I
j'ai apprécié ma promenade, je reviendrai écouter les cigales.....
Répondre
B
C'est vraiment trop joli tout cela, merci de ce moment de rêve, comme un trève de Noël...
Répondre
B
Un p'tit coucou en passant par le paradis des Santons.
très bonne journée.
Répondre
F
Il faut une drôle de place pour mettre une telle crêche, c'est magnifique

Bisous
Françoise
Répondre
M
Le marché a été dévalisé, j'aime beaucoup.
Bisous et bonne soirée.
Marire
Répondre
C
MAGIQUE !...
Répondre
M
c'est vrai qu'avec les cigales c'est encore mieux!!!!!!
Répondre
G
Coucou Santounette, je viens prendre un peu de soleil chez toi, je viens au marché et écouter le chant si joli des cigales.......Tu sais le mois de Juillet en Normandie est comme tu le dis si bien vraiment TRISTOUNET......Bises pluvieuses......
Répondre
F
Quand je lis ton blog, je suis comme une petite fille à qui on raconte une histoire... une histoire qui a certains accents de mon pays natal... un beau livre d'images en plus, la musique, un morceau que je connais... le chant des cigales... tout cela... et je ferme les yeux et je suis en joie et en paix. Merci.
Répondre
B
ah santounette, ta galinette avec ses petits ânes gris, ses fougasses et ses cigales!
Un pur bonheur!!!
bises
béa
Répondre
L
recoucou SAntounette je redecouvre ce blog merveilleux tes commentaires sont toujour aussi captivants c'est si beau que je reviendrais plus souvent donc a bientôt LOIC ANDRE
Répondre
F
quel joli reportage et j'admire les détails de tous ces personnages et choses de la vie....j'ai aussi un âne gris il s'appelle Spirou....
bises de suisse
fabienne
Répondre
A
Oh comme j'aime ton petit monde !!!!Et la musique....Nous avons acheté le TambourinaÏre à mon fils,il avait 2 ans !Il en a eu 29 hier......Il y a un marché aux santons à Genève fin décembre,j'irai cette année.....Merci pour les cigales et le soleil de plomb !Ici il est timide....bonsbisous
Répondre
M
Une procession en musique, quelle belle promenade pour nous.
Michou
Répondre
B
P'tit coucou en passant au pays des Santons.
Passe une belle journée.
Répondre
F
Que de monde dans cette crêche, ce doit être très beau

Bisous
Françoise
Répondre
C
Bonsoir Santounette,
Superbe reconstitution de la vie locale en Provence ! Un vrai régal !
Amitiés en te souhaitant une bonne soirée,
Christian
Répondre
C
que c'est agréable de te lire, merci pour ce moment de plaisir !
Répondre
A
De ces descriptions et de toutes ces images (photos), il faudrait faire éditer un livre.
Est-ce un projet? Quelqu'un y a -t-il pensé?
Cette vie provençale me fascine.
Monique
Répondre
M
j'adore ta facon de raconter, ca rend ta creche tres vivante. merci pour ce bon moment partagé.
Répondre
L
c'est incroyable comme ton récit et le son peuvent rendre vivantes les scènes de vie représentées par les santons. C'est un merveilleux petit monde que je ne me lasse pas de découvrir ! merci pour ce plaisir !
Répondre
G
Quel beau récit et quel joli et dur parcours......je me prends à te lire chaque fois j'y trouve du plaisirs...Merci aussi pour les cigales......Elles font chaud au coeur du Nord Ouest......Gros bisous Santounette et merci pour tes passages , vraiment......
Répondre
D
Très jolie santon !
Y a rien a voir avec les pseudo santon en plastique.
Mais bon, tout ce qui est beau est cher !
bonne journée
dijor
Répondre
J
boudiou que c'est beau !!!
merci, encore Santounette
Répondre
S
Un petit mot pour vous dire combien j'apprécie l'histoire de la Galinette avec ses villageaois. Vous avez du mettre du temps pour réaliser une telle collection, le résultat est superbe. Je repasserai vous rendre une petite visite.
Bonne journée.
Répondre
M
Je viens de découvrir votre merveilleux blog sur les santons et je le trouve vraiment très intéressant, ces petits récits concernant les santons, le décor, la reconstitution de la vie provençale... j'aime tout. Je m'abonne tout de suite à votre newsletter.
A très bientôt
Répondre
C
j'ai passé un agréable moment à te lire ! on se croirait en été et on entendrait presque les cigales ! superbe !
Répondre
M
Sincères félicitations Chère Santounette, c'est magnifique
Répondre
M
HO HO QUE C'est beau le recit est touchant on ne ce lasse pas de le lire ces braves gens avaient une tres dure et malgre tout ils savaient rire Santounette un grand merci pour toutes ces belles choses
Répondre
B
Alors là... mes respects.... la suite de l'épisode est super interressante et on a la musique et le son des cigales.... c'est génial... merci à toi Santounette
Répondre
R
Ah que c'est beau avec ce chant de cigales et chez nous c'est gris
Les commentaires sont magnifiques, la crèche e serait pas grand-chose sans les explications.
Les pauvres ânes et les pauvres gens me font mal au coeur et là on peut bien dire:
"L'homlme exploite l'homme " et les animaux aussi, mais eux sont muets, ne peuvent pas dire s'ils ont mal ou chaud, heureusement le progrès les épargne un peu de nos jours, sauf dans des pays du sud où les bêtes ne sont que des outils
Bonne journée à toi, merci pour tes coms
Delphine
Répondre
B
Ah ! le chant des cigales avant d'aller bosser.
Quelle joie !
Répondre
F
Quelle belle leçon de chose, c'est magnifique

Bisous
Françoise
Répondre